En savoir plus
Eurovision : la Suède sacrée, la France en bout de course

Une sixième victoire. La Suède, éternelle favorite du concours de l'Eurovision, a de nouveau remporté samedi soir la compétition musicale aux 200 millions de téléspectateurs. Le lauréat : Mans Zelmerlow, un jeune et beau garçon de 28 ans qui a su séduire le public avec "Heroes", une ballade électro-pop donnée favorite par le bookmakers.
C'est la sixième fois que le pays d'ABBA - vainqueur en 1974 - gagne le concours, et la première fois depuis 2012. Seule l'Irlande a fait mieux avec 7 victoires.
>> À lire sur France 24 : "L'Eurovision et l'homosexualité, une histoire de strass et de tolérance"
"Je croyais vraiment que la Russie ou l'Italie allaient gagner", a déclaré le vainqueur, radieux, lors de sa conférence de presse [...] Je suis fier et plein de joie... Heureux, oui", a-t-il ajouté. Le jeune chanteur succède à l'insolite Conchita Wurst, la diva barbue autrichienne. 
La France lanterne rouge de la compétition
Le tiercé final a donné raison aux parieurs, qui avaient pronostiqué le bon classement : la Suède est arrivée en tête suivie par la Russie et l'Italie. 
La France, dernière en 2014, a fait à peine mieux cette année : la chanteuse Lisa Angell a fini 25e sur 27 avec "N'oubliez pas", une chanson sur la Première guerre mondiale qui paraissait en décalage avec le reste du programme.
Lisa Angell a confié sa déception au micro de RTL : "Artistiquement, bien sûr que je le vis comme une injustice [...], je pense que la musique et la politique, ça ne marche pas".
L'Autriche, vainqueur sortant et hôte de la compétition, a fait pire encore et partage le bonnet d'âne avec l'Allemagne.
Mans Zelmerlow, star locale
Chanteur, musicien, présentateur à la télé et aussi un peu danseur, Mans Zelmerlow est omniprésent sur les écrans suédois depuis sa participation à l'émission de télé-crochet Idol, en 2005. Le jeune homme au physique avantageux, fils d'un médecin et d'une professeur d'université, est né à Lund (sud). La chronique de ses amours fait les délices de la presse locale.
L'an dernier, il avait qualifié l'homosexualité de "déviance", avant de faire amende honorable. Début mai, il avait dit au quotidien gratuit "Metro" qu'il pouvait "absolument" envisager d'entretenir une relation avec un homme s'il se sentait "attiré".
Le vainqueur a été désigné pour moitié par un vote du public et pour l'autre moitié par des jurys professionnels. Ni l'un ni l'autre de ces collèges ne pouvait voter pour le candidat de son pays.
En 60 éditions, l'Eurovision a vu défiler bien moins de classiques que de chansonnettes sans prétention, jouant la carte de la bonne humeur un peu naïve et, souvent, du second degré.
Avec AFP

Publiée le : 24 mai 2015

Contact | Aide