En savoir plus
La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l'EI d'épargner son fils

La mère de l'otage américain Steven Sotloff, menacé d'exécution par les jihadistes de l'organisation de l'État islamique (EI), a imploré mercredi leur "calife" autoproclamé Abou Bakr al-Baghdadi d'épargner son fils, dans une brève vidéo diffusée mercredi 27 août par de nombreux médias.
"Je vous adresse un message à vous, Abou Bakr al-Baghdadi al-Quraishi al-Hussaini, le calife de l'État islamique. Je suis Shirley Sotloff. Mon fils Steven est entre vos mains", a-t-elle déclaré.
 
"Vous, le calife, pouvez accorder l'amnistie. Je vous demande, s'il vous plaît, de libérer mon enfant", a-t-elle ensuite demandé , expliquant que son fils de 31 ans, qui a travaillé notamment pour "Time", "Christian Science Monitor" et "Foreign Policy", était "un journaliste innocent". Cette enseignante à Miami (Floride) a précisé qu'il s'était notamment rendu au Proche-Orient "pour couvrir les souffrances des musulmans aux mains de tyrans".
 
"Il n'a aucun contrôle sur le gouvernement"
 
Le 19 août, l'EI a exposé, dans la vidéo de la décapitation du journaliste américain James Foley, Steven Sotloff, enlevé au cours de l'été 2013 dans le nord de la Syrie, le crâne rasé, à genoux et tenu par le col de sa tunique orange par un homme cagoulé. Les jihadistes ont affirmé qu'il subirait le même sort que son compatriote, si l'administration Obama continue à bombarder les positions du groupe ultra-radical en Irak.
 
Malgré cette menace, les frappes ont continué et ont permis la reprise, le 24 août, par les forces kurdes et irakiennes, du barrage de Mossoul et d'autres secteurs alentours. En outre, en réponse à l'exécution de James Foley, les États-Unis ont dit ne pas écarter l'idée d'étendre en Syrie leurs raids qui visent depuis le 8 août l'EI dans le nord irakien.
 
"En tant que mère, je demande à votre justice d'être miséricordieuse et de ne pas punir mon fils pour des choses sur lesquelles il n'a aucun contrôle", a plaidé Shirley Sotloff. "Steven n'a pas de contrôle sur les actions du gouvernement américain", a-t-elle encore insisté.

Plusieurs Américains aux mains des jihadistes
 
La Maison Blanche a réagi avec prudence à cette vidéo, rappelant que l'administration faisait "tout son possible pour le retour de tous les Américains détenus dans cette région". Shirley Sotloff, "comme c'est évident dans la vidéo, se sent désespérée quant à la sécurité et au bien-être de son fils et c'est compréhensible. Nos pensées et prières accompagnent la famille Sotloff dans ce moment très difficile", a déclaré son porte-parole Josh Earnest.
 
Arabophone et passionné par le Moyen-Orient, Steven Sotloff n'est pas le seul Américain à être tombé entre les griffes de l'EI. Selon les médias locaux, une femme de 26 ans est également détenue par les jihadistes de Baghdadi, après avoir été enlevée l'an dernier en Syrie, où elle effectuait une mission humanitaire.
 
Un homme, également travailleur humanitaire, est aussi prisonnier de l'EI, selon le "New York Times", et un autre journaliste pigiste, Austin Tice, serait lui prisonnier du Front al-Nosra, selon le "Washington Post", pour lequel il travaillait parfois.
 
Avec AFP
 
 

Publiée le : 28 août 2014

Contact | Aide